TEMOIGNAGES

par gerard flamme

Toutes les photos ont été modifiées permettant de garder l'anonymat visuel. Pour autant tous ces témoignages ont été contrôlés.

 

Julie - Paris France

 

 

Yussi - Corée

Hardy - Cote d'Ivoire

J'ai souhaité continuer des études en Europe. plusieurs choix s'offraient à moi. Bien sûr la France, puisque je suis francophone et qu'une partie de ma famille habite en France. J'ai regardé également d'autre choix possibles: l'Angleterre, l'Allemagne (j'ai un bon niveau en allemand). J'ai privilégié la France. Ad'hoc m'a proposé plusieurs Université. Mon projet était de finaliser un Master en Management. Mon niveau d'étude était bon et j'ai pu m'inscrire dans 2 Universités en Province. Lyon et Montpellier. J'ai obtenu mon Master et depuis je suis reparti en Cote d'Ivoire. Je travaille depuis dans une banque internationale à Abidjan.

Claude, ancien étudiant de l'IUT Dijon-Auxerre a passé une année à l'IT Carlow en Irlande en 2016/2017 dans le cadre de son diplôme DUETI.

A l'Institute of Technology (IT) Carlow, j'ai suivi la 3ème année de licence en Business au sein de la filière économique. Le programme était composé de 4 matières principales: Finance, Operation management, Organisational behaviour et Business Research Methods. Nous avons également suivi deux matières optionnelles : Business English Project était imposée pour tous les étudiants Erasmus et comme 2ème matière facultative j'ai choisi l'entrepreneuriat car j'estimais que je pourrai partager les connaissances que j'allais obtenir au sein des entreprises créées par ma sœur et mon père.

Quand j'ai commencé mes études à Carlow, j'ai pris une location dans une maison à 5 chambres avec des colocataires 100% Irlandais afin de progresser au maximum au niveau linguistique. Mes bourses m'ont permis de financier la totalité de mes frais de logement mais j'ai été surpris car j'ai été obligé de payer tous les frais de mon hébergement en deux fois et heureusement que mes parents ont pu m'avancer de l'argent.

Ce séjour m'a beaucoup apporté sur le comportement à avoir dans notre vie quotidienne. Les Irlandais sont très serviables et ont ce plaisir de vivre chaque moment à 100%. Ces aspects me semblent importants pour être heureux dans notre vie.

Ce séjour m'a influencé sur l'année qui suit - j'ai senti qu'il était temps d'avoir un pied dans le monde professionnel, qu'il était temps de franchir le pas.

 

Plusieurs personnes m'ont répété qu'il serait très dur d'être accepté en master après cette année-là car les universités et écoles françaises reconnaissent très peu le DUETI ou encore qu'il serait peu évident de réaliser les concours donnant accès à des formations de niveau master. Pourtant, l'un des étudiants français de ma classe a, par exemple, été accepté en master management à l'IAE d'Aix-Marseille qui est réputé comme l'un des meilleurs de France.

Yasmine - Tunisie

Myriam - Maroc.

Je n’étais pas sûre de souhaiter étudier à l’étranger, et mon séjour en Australie m’a permis de me décider sur mon projet.

Je me suis inscrite pour un Bachelor "Computer Sciences" en trois ans au sein de l'université de Concordia car je savais que je voulais étudier dans l’informatique et le jeux vidéo. Montréal est la ville du jeu vidéo, et le programme "Computer Sciences" est la formation type pour rentrer dans ce milieu, c’était donc l’opportunité rêvée !

C’est aussi une formation très vaste : on apprend à coder des applications, des jeux, des sites internet. La formation n’est pas particulièrement difficile dans la mesure où j’aime ça.
Les requis pour Concordia était d’avoir mon Bac Scientifique, plus de 7.0 à l’IELTS ainsi qu’un minimum de 12 en Science (Maths / Physique / Chimie / SVT).

J’ai obtenu une moyenne de 14,75 au Bac Scientifique que j’ai envoyé dès que possible à l’université. Ils m’ont répondu le jour même pour confirmer mon admission !

Avec toutes les catégories d’étudiants et niveau d’études présentés sur les portails d’inscription, il est aussi difficile de savoir dans à quelle catégorie tu dois te rattacher. Se faire aider est alors une bonne idée pour éviter la moindre erreur.

Les démarches les plus importantes sont :

  • Obtenir le permis d’études au Québec
  • Obtenir le CAQ : certificat d’acceptation au Québec

Je m’appelle Julien, étudiant en école de commerce à Kedge Business School Bordeaux au sein du programme Grande école. 
J’ai eu l’occasion de partir étudier un semestre en Corée du Sud à l’université de Sungkyunkwan à Séoul (SKKU) dans le cadre de mon échange international de niveau Master pour mon dernier semestre d’étude.
J’ai toujours voulu partir étudier à l’étranger ! Déjà, lorsque j’étais étudiant en DUT, je voulais faire un DUETI à l’étranger. Finalement, j’avais participé aux concours et rejoint une école de commerce en admission parallèle. Je savais à l’avance que celle-ci me permettrait de partir au moins 6 mois à l’étranger.

 
 

Une fois dans l’école, je voulais avant tout une destination vraiment éloignée, pour découvrir une nouvelle culture difficilement accessible depuis l’Europe. C’était plus particulièrement l’Asie et l’Océanie qui m’intéressaient. J’ai longtemps hésité entre Bangkok et Séoul !

On entend beaucoup parler de la Chine, du Japon ou de l’Inde comme destination d’études, beaucoup moins de la Corée du Sud ou de la Thaïlande. Cet aspect assez nouveau m’a attiré et j’ai choisi la Corée du Sud après des retours très positifs de la part de ceux qui étaient partis précédemment.


Ad'hoc a énormément simplifié le processus d’inscription et de départ à l’étranger. Les démarches étaient simples et rapides. J’avais un point de contact avec les relations internationales de mon université d’accueil en Corée du Sud pour poser mes questions.

 

J'ai Passé l’examen d’anglais du TOEFL avec un score d’au moins 80 (j’ai obtenu 93). Les cours étant en anglais, un minimum de maîtrise de la langue était requis pour pouvoir partir.

L’université coréenne m’a envoyé un dossier à remplir, ainsi que les démarches pour obtenir le visa étudiant, le logement sur place, souscrire aux cours en ligne et préparer mon arrivée à travers un guide pratique.

On m’a aussi fourni un planning à respecter pour les différentes procédures afin d’éviter tout retard.

 

 

 

 

Yassine, parti étudier à Londres en Angleterre :

j’ai 22 ans et j'étais en école de commerce dans le nord de la France. Je suis parti étudier à Londres pendant 2 ans en Master après ma Licence Commerce et Management International.
Je souhaitai étudier à l’étranger en Master. A partir de là, j’ai rencontrer Ad'hoc pour chercher en particulier à Londres pour plusieurs raisons.

Ma première motivation était de pratiquer l’anglais, l’Angleterre étant alors l’une des meilleures destinations avec l’Irlande. Je voulais aussi ne pas être trop loin de ma famille  et Londres était la meilleure destination. J'ai pu intégré une école à Londres et passer les examens à l'issue des 2 années.
Ad'hoc m'a renseigné sur plusieurs programmes de bourses, dont le programme Leonardo où mon éligibilité était assurée. En effet, la seule condition était de faire un stage à l’étranger de 3 mois ou plus. Remplissant parfaitement ce critère puisque j'ai également fait un stage, j’ai postulé et j’ai été sélectionné dans la foulée.

A cela s’est ajoutée la bourse ponctuelle du CROUS pour les étudiants partant à l’étranger. Au final, je disposais de 300 euros par mois à travers le programme Leonardo, et 100 euros par mois grâce au soutien du CROUS.
Ma préoccupation était aussi de trouver un logement !  Je suis parti à Londres sans avoir de solution définitive pour le logement, et j’avais prévu de dormir en auberge de jeunesse pour les premiers jours.
Je suis parti de Lille vers l’Angleterre, j’ai donc pris le bus qui n’était pas cher et assez rapide. J’avais quatre jours d’avance par rapport à ma date de début de stage, uniquement pour trouver un logement et découvrir la ville. Une solution s’est ouverte à moi complètement par hasard !

Au final, je payais 500£ par mois pour une chambre dans une maison avec 5 autres personnes. On partageait le salon et la cuisine, et il y avait assez d’espace pour tout le monde. Il me restait encore 2 jours avant de commencer la formation. Du coup, j’en ai profité pour visiter toute la ville, sortir le soir et faire quelques rencontres.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :